Le Médoc pourra enfin affiner ses huîtres

Aller en bas

Le Médoc pourra enfin affiner ses huîtres Empty Re: Le Médoc pourra enfin affiner ses huîtres

Message  Admin le Mer 19 Nov 2014 - 21:41

Les huîtres du Médoc arrivent sur le marché

Bertrand Iung fait partie des premiers à relancer l’affinage des huîtres dans les anciens marais. Les effets de la pollution au cadmium ne sont plus un problème.

Le Médoc pourra enfin affiner ses huîtres 17393110
Bertrand Iung, installé depuis vingt-cinq ans à Port-Saint-Vivien, attendait depuis longtemps ce moment.
© PHOTO PH. LAURANT THEILLET/« SUD OUEST »


Si tout se passe bien, c'est pour demain. Dans sa ferme aquacole Eau Médoc de Saint-Vivien-de-Médoc, Bertrand Iung renouera le fil d'une tradition longtemps interrompue : la commercialisation d'huîtres médocaines. Fusillé par la pollution de l'estuaire de la Gironde au cadmium, un métal lourd, le bivalve en provenance de la presqu'île était déclaré impropre à la consommation depuis 1996. Sa production y avait dégringolé dans les décennies précédentes.

La renaissance est modeste. Sept dossiers sont aujourd'hui approuvés par les autorités. Mais ce sont de vastes étendues en bordure de l'estuaire qui bénéficient depuis juillet dernier d'un classement en « zone B » (une purification antibactérienne est requise avant la commercialisation), depuis la pointe de Grave jusqu'au port de Goulée, aux abords du phare de Richard. « Demain, d'autres personnes peuvent s'y mettre », se réjouit Bertrand Iung.

L'autorisation ne porte que sur l'affinage, avec une durée maximale de séjour de trois mois. En clair, les huîtres « du Médoc » sont élevées ailleurs, dans le bassin d'Arcachon, ou en Bretagne par exemple, et viennent faire de la chair entre estuaire et Océan. Bertrand Iung ne demande pas plus pour ses bassins aménagés derrière la digue. Sur ces anciens marais - les « mattes » -, le milieu naturel présente une grande richesse organique. Les huîtres s'y empiffrent littéralement. Au bout de trois mois, elles sont largement assez dodues pour remplir leur coquille. « Je tâtonne encore. Je teste 500 kilos d'huîtres par hectare sur des rotations comprises entre deux et trois mois », risque Bertrand Iung.

Le complément d'Arcachon
Pour sa part, l'intéressé travaille avec un producteur du Cap-Ferret. Les échanges avec le bassin d'Arcachon obéissent à la logique du cycle de l'huître. « Nous sommes complémentaires avec Arcachon, surtout pas concurrents », juge Bertrand Iung. La Section régionale conchylicole Arcachon Aquitaine s'est rangée à cette opinion, puisqu'elle a participé au tour de table pour financer les études d'écotoxicologie préalables à la relance de l'huître médocaine.

L'issue favorable a requis une bonne dose d'opiniâtreté de la part des professionnels intéressés. Bertrand Iung, installé à Port-Saint-Vivien depuis vingt-cinq ans, a toujours caressé l'idée de faire de l'huître le pendant de son élevage de gambas, une production à haut risque. Mais pendant longtemps, la pollution au cadmium était rédhibitoire.

Le métal lourd provient de l'exploitation du zinc à plusieurs centaines de kilomètres de là, près de Decazeville, dans l'Aveyron. Il s'est répandu dans le Riou Mort, puis dans le Lot, dont le premier est l'affluent, et, en aval, dans la Garonne et la Gironde. Le terme mis aux activités polluantes en 1987 n'a pas épuisé le problème. Piégé dans les sédiments depuis des dizaines d'années, le cadmium se dissout dans l'eau ou s'agrège aux particules en suspension. Le stock rémanent diminue graduellement, d'où une baisse tendancielle de la concentration du cadmium dans l'eau de l'estuaire. Mais des crues soudaines sur le bassin-versant, ou des travaux qui remuent le lit des rivières, sont toujours susceptibles d'en larguer de nouvelles quantités vers l'embouchure.

Entamée à l'automne 2012, une enquête menée par l'unité mixte de recherche EPOC (CNRS-université de Bordeaux) a permis d'évacuer les derniers doutes : les huîtres affinées dans les anciens marais médocains ne présentent plus de problèmes sanitaires.

L'université mène l'enquête
Outre les professionnels, l'Europe, l'État, la Région Aquitaine, le Département de la Gironde, la Communauté de communes Pointe du Médoc, le Grand Port maritime de Bordeaux et le Smiddest (syndicat mixte de l'estuaire) ont financé ces travaux. L'association CPIE Médoc a poussé à la roue. Le jeu en valait la chandelle. Il devrait y avoir quelques tonnes d'huîtres made in Médoc pour les fêtes de fin d'année. Et - ce n'est pas neutre pour le territoire - quelques emplois à la clé. À la ferme Eau Médoc, on est passé de trois à quatre salariés cet été. Et on est certain que le calcaire de l'huître a fortifié la viabilité économique de l'entreprise.

Article Sud Ouest du 18/11/2014


Liens externes :
www.sudouest.fr
Le site de La Ferme Aquacole Eau Médoc

_________________
http://forumdumedoc.lebonforum.com/
Page facebook:Forum du Médoc
Groupe facebook:Macau et ses voisins
Page facebook: Macau et ses voisins
Admin
Admin
Admin

Messages : 3270
Réputation : 27
Date d'inscription : 31/08/2012
Localisation : Macau

http://www.leforumdumedoc.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Médoc pourra enfin affiner ses huîtres Empty Le Médoc pourra enfin affiner ses huîtres

Message  Admin le Dim 29 Juin 2014 - 20:31

Le préfet s’apprête à signer une autorisation de commercialisation.

a solidarité des amis de l'huître des marais du Nord-Médoc a conjuré la malédiction du cadmium. C'est officiel, le préfet signera dans les prochains jours un arrêté autorisant l'affinage des huîtres dans les marais et leur commercialisation. L'annonce a été faite hier après-midi par Laurent Courgeon, chef du service maritime et littoral, lors de la réunion du comité de pilotage du dossier ostréiculture. Son président, Franck Laporte (le maire de Talais) a donc obtenu satisfaction après un long combat de cinq ans. Désormais, les huîtres seront affinées pendant trois mois, et purifiées 48 heures avant leur consommation.

Autrefois prospère, l'ostréiculture sur la rive gauche de l'estuaire a été contaminée par le cadmium : ce métal lourd, utilisé dans des usines en Averyron, a été déversé en quantité dans un affluent du Lot. Interdite depuis 1996, la consommation de l'huître médocaine va ainsi pouvoir reprendre : l'eau des marais passe de la zone D (interdiction de l'exploitation et de la vente) à la zone B (qui permet une commercialisation après passage en bassin de purification).

Cette information officielle a été rendue publique à Soulac en présence du sénateur Xavier Pintat, Valérie Commin (sous-préfet de Lesparre), Pascale Got (députée du Médoc) et de tous les partenaires institutionnels, scientifiques et professionnels du projet.

De nouveaux espoirs s'ouvrent maintenant pour la conchyliculture.

Maguy Caporal Sud Ouest du 28/06/2014

Le Médoc pourra enfin affiner ses huîtres 14184910

_________________
http://forumdumedoc.lebonforum.com/
Page facebook:Forum du Médoc
Groupe facebook:Macau et ses voisins
Page facebook: Macau et ses voisins
Admin
Admin
Admin

Messages : 3270
Réputation : 27
Date d'inscription : 31/08/2012
Localisation : Macau

http://www.leforumdumedoc.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum